Hikomago Junmai Daiginjo
Funakuchi 2010,17

250,00 

un Namazake dont il est rarissime de trouver un millésime aussi ancien du fait des difficultés de conservation. Un équilibre parfait entre fraîcheur absolue et douceur, fermentaire et iodé. Les fruits secs (noisette), les notes florales (jasmin) et une finale presque céréalière complètent le tableau de ce merveilleux saké.

le millésime 2010 à beaucoup plus de fraicheur que les millésimes 2001 et 2002 qui ont eux des arômes beaucoup plus complexes. Pour les mêmes raisons le 2010 aura une capacité à l’accord beaucoup plus grande.

le millésime 2017 à comme le 2010 beaucoup de fraicheur mais comme il a maturé à une température de cave il a aussi des arômes beaucoup plus complexes.

Hikomago Junmai Daiginjo
Funakuchi 2010,17

250,00 
Type de sake

Junmai Nama Dai- Ginjo Funakuchi

Brasserie

Shinkame

Brassé par

Yoshimasa Ogawahara

Prefecture

Saitama

Millésime

2017, 2010

Volume

50cl

Alcool

16.5%

Température

7-20°C

Méthode

Sokujo moto

Junmai

Oui

Ingrédients

Eau, Kome-Koji, Levures, Riz

Type de riz

Yamada-Nishiki

Origine du riz

Tokushima prefecture

Levure

Kyugo n°9

Komekoji

19.7%

Pasteurisation

Aucune pasteurisation

Namazake

Oui

Polissage

40%

Daiginjo

Oui

Muroka

Oui

jus de goutte

Funakuchi

Maturation

6 mois minimum

Presse

fune

Nihonshudo

+4

Sando

1,3

Hikomago Junmai Dai Ginjo Funakuchi 2010

Ce saké du légendaire Yoshimasa Ogawahara submerge comme une vague. Le riz a été poli jusqu’au cœur pour quasiment ne garder que l’amidon (40 % de riz restants) , ce riz va fermenté à une température d’environ 7°C ce qui va ralentir la fermentation, le riz va se dégrader très lentement permettant de développer des arômes complexes et fragiles. Funakuchi signifie sorti de la bouche du pressoir, c’est le premier jus sorti naturellement du pressoir sans aucune pression mécanique. Il ne subit aucune filtration, ni pasteurisation : un namazake (sake brut) dont il est rarissime de trouver un millésime aussi ancien du fait des difficultés de conservation. Un équilibre parfait entre fraîcheur absolue et douceur, fermentaire et iodé. Les fruits secs (noisette), les notes florales (jasmin) et une finale presque céréalière complètent le tableau de ce merveilleux saké.

le millésime 2010 à beaucoup plus de fraicheur que les millésimes 2001 et 2002 qui ont eux des arômes beaucoup plus complexes du à la maturation plus longue. Pour les mêmes raisons le 2010 aura une capacité à l’accord beaucoup plus grande.

le millésime 2017 a comme le 2010 beaucoup de fraicheur mais comme il a maturé à une température de cave il a aussi des arômes beaucoup plus complexes.

Accords d’excellence

je conseille pour commencer de boire ce saké pour ce qu’il est puis de l’accorder avec des mets épicés ou iodés. Les huitres c’est toujours l’assurance d’un très grand voyage. Mais si vous voulez vivre une expérience unique traversez la seine par le pont de Normandie et demander le Galet du Havre, ce n’est pas seulement un caillou trouvé sur la plage, mais aussi une pâtisserie imaginée par Clément et Yoko Mazzoni. Un accord vibrant ou chaque gorgée vient lécher les galets frémissants

La brasserie Shinkame

Établie en 1848 à Saitama. La traduction littérale du nom de la brasserie est « Tortue sacrée ». La légende veut qu’il y ait eu, il y a plusieurs générations, un sanctuaire derrière la brasserie qui célébrait le dieu de la sagesse. Une tortue y vivait et était Considérée comme le messager de ce dieu…. plus prosaiquement la tortue est un animal qui vit très vieux au delà de la vie des hommes. c’est un symbole de longivité.

Après s’être battu depuis 1966 pour la renaissance du saké traditionnel, en 1987 la brasserie Shinkame est devenue la première brasserie à fabriquer uniquement du saké Junmai (saké pur riz)

Elle fabrique le Kome-koji selon la méthode koji-buta pour l’integralité de son saké, c’est la méthode de production la plus intensive en main-d’œuvre et la plus artisanale. Certaines brasseries utilisent le kojibuta uniquement pour leurs sakés les plus haut de gamme.

La brasserie fait vieillir son saké pendant une période minimale de 2 ans à 3 ans, même pour ses produits standards. Grâce à ce vieillissement, le saké est doux, complexe et fond sur le palais.